À LIRE / À VOIR

Cette actualisation de l’état des lieux de la filière des dispositifs médicaux en France marque un nouveau tournant pour la reconnaissance d’un secteur dont le rôle est essentiel pour l’avenir du système de soins et la création des emplois de demain. Financée par le SNITEM et conduite par le cabinet D&Consultants de mars 2016 à janvier 2017, l’étude visait à permettre la mise à jour des précédentes données (rapport Pipame 2011). La DGE, représentée au sein du comité de pilotage, se félicite que le principal syndicat professionnel des dispositifs médicaux ait décidé de se doter d’un outil de suivi de la filière précieux et profitable à tous.
Consulter
Le réseau des RUI est animé par la DGE, en lien avec le ministre chargé de l’Industrie. Leur mission de terrain permet d’apporter des réponses concrètes aux problématiques des investisseurs potentiels français ou internationaux. À fin 2016, les RUI accompagnaient dans les territoires 821 projets représentant un potentiel d’investissements de 23 milliards d’euros. Le rapport d’activité illustre la diversité de leurs actions pour lever les freins à l’investissement, être source de propositions pour faire évoluer les réglementations et les pratiques ou encore favoriser l’attractivité de la France par leur réactivité et la qualité des solutions qu’ils inventent.
Consulter
Le rapport « Réindustrialiser par l’innovation » a été remis fin mars à Christophe Sirugue, secrétaire d’État chargé du Numérique, de l’Industrie et de l’Innovation. Fondées sur un état des lieux de l’ensemble des politiques d’innovation en France, ses conclusions formulent 12 propositions issues d’une expérimentation réussie dans les territoires ou proposées par les entreprises rencontrées lors d’entretiens. Ces propositions ciblent essentiellement les PME innovantes, avec une idée centrale : détecter et favoriser la croissance des plus dynamiques d’entre elles afin de les amener, en cinq ans, au stade d’entreprise de taille intermédiaire (ETI). La mission estime qu’il est possible d’en accompagner 1500 dans ce délai de cinq ans.
Consulter
Installée en 2016, la Commission de concertation du commerce (3C) réunit les parties prenantes au développement des activités de commerce en France. Elle a pour principales missions de conseiller les pouvoirs publics sur la situation du commerce en France, de proposer des actions et de soumettre des avis et des propositions relatifs à l’efficacité et à l’impact des politiques publiques relatives au commerce. Pour cette première année, ses travaux ont notamment permis de dégager des axes de réflexion et des pistes d’actions liés aux enjeux et outils du numérique, à la promotion des métiers et à la formation, aux mutations des métiers de la vente et au développement de la responsabilité sociétale dans les entreprises, y compris dans les TPE et PME.
Consulter
Chaque année depuis 2008, le concours EDEN (“European Destinations of ExcelleNce”) permet à des destinations françaises de rejoindre un réseau européen de destinations touristiques d’excellence. Pour promouvoir les 26 destinations insolites distinguées à ce jour, la DGE a confié la création d’un guide numérique à Atout France, l’Agence de développement touristique de la France. Ces destinations seront également mises en valeur dans un guide papier à paraître le 1er juin 2017.
Consulter
La fréquentation française a compensé partiellement en 2016 le recul des nuitées étrangères. La fréquentation des hébergements collectifs touristiques de France métropolitaine a globalement baissé de 1,3 % mais les nuitées de la clientèle française ont résisté, progressant de + 0,5 % par rapport à une année 2015 déjà favorable. La fréquentation étrangère a quant à elle reculé de 5,1 %, marquée par les attentats ayant frappé la France. Les hôtels et autres hébergements collectifs touristiques franciliens ont été particulièrement touchés.
Consulter
Les collectivités trouveront dans cette publication, sous forme de fiches pratiques, la réponse aux questions qu’elles peuvent se poser suite à la réforme de la taxe de séjour entrée en vigueur le 1er janvier 2015. Rappelons que la réforme avait trois objectifs : une meilleure adaptation du barème tarifaire aux capacités contributives des redevables, une simplification des écritures et le renforcement des moyens de recouvrement par les collectivités territoriales.
Consulter
Le Réseau Emplois Compétences, animé par France Stratégie, a publié son rapport sur les compétences transférables et transversales. Sous-titre : comment les repérer, les reconnaître et les valoriser ? La première partie du document est consacrée aux définitions et aux outils de description de ces compétences. Elle identifie la grande variété des référentiels existants, et l’absence de terminologie partagée entre les acteurs. La deuxième partie présente des outils et des démarches destinés à aider les individus et les entreprises à repérer et formaliser les compétences transférables et transversales. La dernière partie traite la question de la certification des compétences. Elle illustre les rapprochements entre différentes certifications destinées à favoriser les mobilités, et ouvre la voie à de nouvelles opportunités de rapprochement entre formation initiale et formation continue.
Consulter
La production manufacturière a de nouveau fléchi en janvier 2017 (-1,0%). Hormis la fabrication de matériels de transport, quasi stable, tous les grands secteurs ont décru, avec des reculs marqués pour la fabrication de ciment, chaux et plâtre (-18,4%) et d’ouvrages en béton, ciment ou en plâtre (-8,3%) liés en partie à la météo peu favorable en janvier. Certaines productions résistent telles que l’industrie pharmaceutique (+4,0%) et la fabrication de produits informatiques, électroniques et optiques (+4,1%). Au cours des trois derniers mois la production manufacturière a cru de 0,6% par rapport aux trois mois précédents, mais baissé par rapport à janvier 2016 (-1,3%).
Consulter
La production manufacturière française a légèrement augmenté en 2016 (+0,3%), principalement tirée par l’industrie automobile, la construction aéronautique et spatiale et l’industrie chimique. Le déficit commercial manufacturier s’est creusé de 7,3 Mds€, principalement du fait de la réduction de 4,9 Mds€ de l’excédent en produits aéronautiques et spatiaux. Le recul de l’emploi salarié direct a ralenti et l’intérim a poursuivi sa forte progression. Le coût horaire du travail continue de croître moins rapidement qu’en Allemagne, sa hausse ayant été plus que compensée par les gains de productivité horaire. Le taux de marge dans l’industrie manufacturière est quant à lui à son plus haut niveau depuis 2002.
Consulter