À LIRE / À VOIR

La DGE a mis en ligne une infographie interactive qui propose aux entreprises labellisées “EPV” (entreprises du patrimoine vivant) un “parcours export”. « Comme plus de 70% des entreprises labellisées, développez votre activité par l’export », encourage cette infographie qui, étape par étape, permet de retrouver « en un clin d’œil » tous les dispositifs d’accompagnement.
Consulter
Ce guide édité par la DGE à destination des professionnels, détaille les caractéristiques des principaux labels tels que “Origine France Garantie”, “Indications géographiques”, “Entreprise du patrimoine vivant”, “Terre textile” ou “Produit en Bretagne” et rappelle les objectifs des mentions comme “Je joue Français” ou “Esprit de Thiers” (Coutellerie). Il s’adresse en particulier aux producteurs et distributeurs de biens de grande consommation non alimentaire.  Il retrace les règles applicables au marquage d’origine et fournit des informations pratiques pour entrer – ou non – dans une démarche de mise en avant de l’origine des produits.
Consulter
Ce numéro de mai des “Annales des mines” s’inscrit dans le contexte complexe où s’entrecroisent des objectifs de transport, climatiques, d’autonomie énergétique, d’urbanisme, d’homogénéité des territoires, d’évolution rapide des technologies, de sécurité et de santé publique, de compétition internationale. Il présente 18 articles d’experts consacrés à ce thème. Une première partie traite des organisations collectives. Une seconde, des nouveaux vecteurs de mobilité (véhicules connectés et autonomes, véhicules électriques, enjeux de batteries, modes de transport légers, téléphériques urbains…). Une troisième, des acteurs économiques en présence et des politiques publiques (filière automobile, transports plus collectifs de véhicules individuels, politiques de grandes métropoles, solutions alternatives…).
Consulter
Éducation, transports, défense et sécurité, culture… Nos impôts financent en partie les grandes missions de l’État. Mais quels sont les budgets respectifs de chacune de ces missions et quelles actions sont financées ? À l’occasion de l’ouverture de la déclaration de revenus en ligne le 11 avril, le ministère de l’Action et des Comptes Publics propose à l’ensemble des citoyens un mini-site pédagogique et interactif pour mieux comprendre à quoi servent les impôts. Il propose des infographies animées, des vignettes illustrées et des exemples concrets sur chacune des grandes missions de l’État, ainsi qu’un quiz dont on peut partager les résultats sur les réseaux sociaux. Ce mini-site, réalisé avec l’aide des experts de la direction du Budget, est accessible via un lien inséré dans le courriel d’accusé de réception que chaque contribuable recevra après avoir complété sa déclaration de revenus en ligne. Il est également accessible sur impôts.gouv.fr, economie.gouv.fr et performance-publique.budget.gouv.fr.
Consulter
Les “Annales des Mines” ont fait paraître dans leur nouvelle série “Enjeux numériques” un premier numéro intitulé “L’intelligence artificielle, un enjeu d’économie et de civilisation ?”. Ses 18 articles décrivent divers aspects de cette technologie, au moment même où elle fait l’objet de toute l’attention de l’État, des entreprises, des partenaires sociaux, et où d’autres pays mettent en œuvre des stratégies actives pour la promouvoir. Sont notamment abordés des aspects par les métiers de la finance et de l’assurance, du marketing et de la publicité, des impacts sur l’emploi, des règles éthiques, des plateformes industrielles, des défis scientifiques, des enjeux juridiques, un éclairage sur la Chine.
Consulter
Chaque année, en France, environ 50 000 entreprises en difficulté financière entament une procédure collective. La plupart sont directement liquidées. Pour un peu plus d’un tiers, cependant, la procédure collective table sur un rétablissement financier, notamment par la renégociation de leur dette avec les créanciers. Qu’advient-il ensuite de ces entreprises placées en redressement judiciaire ou en procédure de sauvegarde ? Pour répondre à cette question, France Stratégie a bâti une base de données qui, progressivement enrichie, permettra un suivi et une évaluation de ces procédures collectives.
Consulter
Cette étude de l’OCDE, présentée le 13 mars 2018 à France Stratégie, étudie le lien entre les différents régimes d’insolvabilité dans les pays de l’OCDE et la mauvaise allocation des ressources due notamment à la survie d’entreprises “zombies”. On désigne ainsi les entreprises ayant plus de dix ans d’existence et qui n’arrivent pas à couvrir leurs intérêts avec leur revenu opérationnel pendant plus de trois années consécutives. En entravant la réorientation du capital vers les entreprises les plus productives, ces entreprises zombies favoriseraient un phénomène de congestion sur le marché et seraient en partie responsables du décrochage observé des gains de productivité. L’étude présentée s’inscrit dans la continuité de plusieurs travaux menés par l’OCDE sur la relation entre les entreprises zombies et le ralentissement de la productivité dans les pays de l’OCDE.
Consulter
Point d’étape sur l’avancée des déploiements en très haut débit sur le territoire, la conférence annuelle du Plan dresse un état des lieux du Plan France Très Haut Débit, co-construit avec les parlementaires, les élus locaux, les industriels et les opérateurs. Elle constitue également un lieu d’échanges entre tous les partenaires du Plan et permet d’évaluer l’avancée des chantiers et de discuter d’éventuelles adaptations afin d’atteindre une couverture intégrale du territoire d’ici 2022. Pour cette édition, l’accent a été mis sur l’appropriation des usages et pratiques numériques, et comment accompagner la montée en compétence de la population au service d’une société innovante et inclusive.
Consulter
Cette étude publiée par la Fabrique de l’Industrie dans sa collection “Les Docs de la Fabrique” montre combien les impacts environnementaux d’un produit ou d’un service doivent être pris en compte dès sa conception. Aux côtés d’ingénieurs produits, le designer industriel joue un rôle clé en apportant sa connaissance des besoins de l’usager et de son utilisation du produit. Une sélection de projets menés par des designers met en évidence l’intérêt de les associer aux démarches d’écoconception pour le développement du modèle de l’économie circulaire en France.
Consulter
Portée par un contexte conjoncturel favorable, la production manufacturière française a fortement accéléré en 2017 (+ 2,9 %, après + 0,3 % en 2016). L’activité a progressé dans la plupart des branches manufacturières, entraînant une augmentation de l’emploi salarié, qui a progressé pour la première fois depuis 2001. Le déficit commercial en biens manufacturés s’est néanmoins creusé, atteignant son plus bas niveau historique (- 50,7 Mds€), en dépit d’une forte augmentation des exportations. Le taux de marge de l’industrie manufacturière a, quant à lui, à nouveau augmenté.
Consulter
La production manufacturière a baissé en janvier 2018 pour le troisième mois consécutif. Les prix de production dans l’industrie sont quant à eux repartis à la hausse sur l’ensemble des marchés (marché intérieur et à l’exportation). Après un mois de ventes aéronautiques exceptionnelles en décembre 2017, le déficit manufacturier de la France s’est à nouveau creusé, renouant avec son niveau tendanciel. Les exportations ont à nouveau fléchi tandis que les importations ont progressé.
Consulter
La production manufacturière a de nouveau fléchi en février 2018 (-0,6% après -1,0% le mois précédent). La fabrication des autres produits industriels a légèrement augmenté : celle de denrées alimentaires et de boissons a poursuivi sa hausse et la production de cokéfaction et raffinage s’est redressée. Sur l’ensemble des marchés (marché intérieur et à l’exportation), les prix de production des produits manufacturés ont diminué, mais les prix des autres produits industriels se sont accrus. La balance commerciale de l’industrie aéronautique s’est nettement améliorée, soutenue par la fermeté des ventes (+9,2% après -29,4%) et le recul des achats (-26,7% après +14,4%).
Consulter
La production des services marchands non financiers a en revanche redémarré en janvier 2018, après deux mois de quasi-stabilité. Hormis les activités spécialisées, scientifiques et techniques, tous les grands secteurs ont rebondi : arts, spectacles et activités récréatives, activités immobilières, autres activités de services, transports et entreposage. Les créations d’entreprises de services marchands non financiers sont restées stables. Au quatrième trimestre 2017, les prix de production des services vendus sur l’ensemble des marchés (entreprises et ménages) étaient restés stables.
Consulter